You are currently viewing Google Discover, road to Eldorado ?

Google Discover, road to Eldorado ?

J’ai vite compris que je n’aurais pas mon yacht 3 étages si facilement en qualité d’éditeur de sites pourris. Pourtant, à scroller Twitter, beaucoup de millionnaires sont sortis de l’école du SEO.

En ce moment, la grande tendance, c’est Discover, et vas-y que ça balance des tips codés en Morse comme si ça avait craqué les algos de big G.

Moi il me faut un peu plus de temps que la majorité pour piger qu’au final j’ai rien compris, et j’arrive toujours en dernier sur les tendances.

Mais pas cette fois, j’ai un plan qui est voué à foirer !

C’est quoi Google Discover ?

Non je plaisante, je vais pas vous faire le template de l’article rincé en mode c’est quoi, pourquoi y aller, comment y rentrer, je vais faire bien pire !

Bon, en vrai, la question est légitime parce qu’avant que ça buz, je ne l’avais même pas remarqué sur mon cellulaire intelligent.

Peut-être parce que je m’en care.

Mais après une intervention du maître en la matière, je me suis rendu sur Discover pour me rendre compte que c’est un sacré amas de merdasse. Du putaclic, en veux-tu, en voilà, des articles sans fond bourrés de pub, écrits par les robots des robots ou des SEOs cherchant l’eldorado.

Parce qu’avant tout, il ne faut pas oublier que les gens aiment le caca, et qu’on leur servent un concentré d’informations pas trop longues (parce qu’ils aiment pas trop lire) et qui attisent leur curiosité…

Je passe donc tous les jours plusieurs fois dans mon feed pour voir quel caca je vais me faire servir, les résultats de la NBA de la veille (ça c’est bien), des articles liés à ces derniers (un tel a trash talké un tel mais en fait pas vraiment), des infos locales (oh non, un accident de jetski a entraîné la mort d’un chien), 80 articles sur le même sujet publié par 80 medias différents.

Ok, donc on peut en tirer qu’il faut : 

  • écrire des choses courtes avec un titre racoleur, mais pas trop (sans quoi les visiteurs ne reviendront pas, il se feront reb*iser une fois ou 20 mais pas plus !
  • faire du dupliqué de sujets, reprendre ce qui se dit et le répéter encore et encore.
  • (faire du local, éventuellement).

Mais moi, ma GSC elle me dit qu’en réalité, n’importe quel format est susceptible de “poper” dans Discover, du long (même si c’est assez rare il est vrai), du guide d’achat et du plus court. Mais surtout, de l’actu, des trucks tendance.

J’ai remarqué aussi qu’il ne faut pas être trop générique, il faut un petit twist, on ne te dit pas comment perdre 3 kg avant l’été, on te dit comment les perdre en 2 semaines avec cet aliment miraculeux.

Et surtout, comme le maître l’a dit :

  • il faut poncer la thématique et ne pas en sortir, c’est voué à l’échec de parler d’actus foot et du jour au lendemain de switcher sur le curling, parce que votre audience, elle n’en a rien à cirer et elle ne va plus cliquer….ce qui m’amène au…
  • CTR, ou comment réussir à attraper le lecteur dans ses filets, une photo mystérieuse, un titre qui attise la curiosité, donne la sensation qu’on va passer à côté de quelque chose si on ne clique pas là maintenant.
  • il ne faut pas trop trahir son audience, c’est un système d’abonnement, si les gens viennent, cliquent et re-cliquent, c’est plutôt bon, on va poper plus souvent dans leur feed.
  • il faut publier régulièrement, et sur ce point, la grande question : “ça veut dire quoi régulièrement, à heure fixe ? À quelle fréquence ?”

Car le plus dur dans tout ça, ce n’est certainement pas de péter une pointe dans Discover, c’est d’y installer son siège !

Sûr qu’on va avoir plus de chance de rentrer en publiant plus d’articles, sur la masse, y’en a bien un ou deux qui vont exploser ! Mais quid de la qualité ? Ça semble difficile de conjuguer “qualité” et volume, en tout cas à mon petit niveau.

Et si on ne propose pas des sujets un tant soit peu travaillés ou bien écrits, il y a fort à parier que sur le long terme, l’audience se barre ailleurs.

Voilà où j’en suis dans ma maigre compréhension du sujet.

“Concrètement”

Alors je me suis dit, je vais tâcher de publier régulièrement sur un site entré dans Discover absolument sans volonté de ma part.

Mon objectif : 

  • tenir un rythme de 4-5 publications/jour sur un mois
  • ne pas me foutre de mon audience, pas de putaclic qui n’assure pas la promesse derrière, juste du “catchy”
  • des articles relativement qualis qui peuvent aussi jouer sur le tableau SEO

Le truck sur ce dernier point, c’est que Discover, c’est complètement un autre cadre, il ne faut pas réfléchir SEO, mais moi je me dis, quitte à payer ces articles (et même plutôt cher), autant que ce soit du contenu, certes tendance, mais le plus evergreen possible.

J’ai ainsi pris l’habitude d’écrire mes articles format avec le mindset Discover, puis une semaine après, quand ils sont dead (point de vue Disco), je repasse dessus pour voir si je peux faire matcher la title avec une requête.

Ça ne peut surement pas marcher sur toutes les thémas, mais dans la mienne, ça fonctionne plutôt bien.

Les résultats

discover

J’ai commencé mon chantier le 25/03, et on peut voir que mon CTR pue du cul. Vous voyez le trou en Avril ? J’ai vu mon compte Adsense désactivé à ce moment-là et donc, j’ai cessé de publié le temps de pouvoir remettre des pubs pour amortir un peu le cout de production des articles.

Qu’on se le dise, je n’ai absolument pas tenu le planning de publication, car même aussi peu que 4-5 articles par jour, franchement à mon échelle c’est sport, ça demande rigueur et organisation.

Noter les idées (pas le plus dur), envoyer en rédac (pas le plus long), relire les articles (pas nécessaire, mais j’ai dit que je voulais de la quali), trouver un bon visuel, retravailler le titre et mettre des liens internes (j’aime asse “rebondir” sur des contenus écris la veille).

Ajouter à cela que tous les jours, j’aime me rendre sur la search console pour voir ce qui a bien marché la veille et retravailler les titres en fonction des CTR. Sur une 100aine de contenus publiés et passés dans Discover à ce jour, je n’en ai que 6 au-dessus de la barre des 8%…je n’ai pas encore le truc.

Quid du ROI ?

Pourquoi me parlez-vous des questions qui fâchent ? Il est désastreux, évidemment. D’un côté, produire du bon contenu à un cout, de l’autre, Google me prend pour un éléphant.

Des cacahuètes, c’est tout ce que j’ai, 120€ pour ce mois d’Avril, avec un RPM pages de 1,60€. Côté contenu, je dois en avoir pour au moins le triple, sans compter le temps passé. Ok, il y a eu la coupure pub, mais on est loin de quelque chose d’acceptable.

Même si j’avais fait 3M d’impressions avec un CTR de 10%, on serait sur 300 000 impressions, avec un RPM impressions de 0,94, les calculs sont pas bons : 292€. Toujours loin du poste de dépense.

Pour atteindre un point d’équilibre avec mon CTR actuel et sans augmenter le nombre de contenus, il faudrait que je fasse au moins 10M de vues/ mois.

Évidemment, je pourrais aussi changer de crémière et mettre le site chez Ezoic, mais j’aime me faire malmener pas big G.