10 outils qui ont changé ma vie d’éditeur de sites freelance (version Wish)

10 outils qui ont changé ma vie d’éditeur de sites freelance (version Wish)

Voici environ 3 ans que j’édite des sites pour mettre du beurre dans mes épinards bio le plaisir.

Le fabuleux monde de l’édition est globalement chiant et répétitif :

  • trouver des expirés que les Russes n’ont pas encore chinoisé (ou inversement) #globalWorld
  • les ramener à la vie pour éviter le célèbre symptôme de “j’ai une centaine de ndds qui moisissent et attendent que je me bouge les fesses”
  • foutre du contenu dessus (de la soupe Liebig, de la trad’ auto, de la rédac offshore ou non, c’est selon) et éventuellement penser à une strat’ pour monétiser (pour pas finir en généraliste ripou qui parle de pertes marrons et de loi Pinel, bien que les deux aient peut être un rapport)
  • balancer quelques liens, faire quelques redirections, allumer quelques cierges, chiader un design qui sort du lot (pas trop dur) et enfin..
  • balancer sur les plateformes de vente de liens pour acquérir de nouveaux contenus et surtout, rentabiliser le bordel (si tant est que ladite stratégie de monétisation soit l’originale vente de liens, soit 90% des cas de nos jours, parce que le lien ne marche plus on est d’accord)

Perso ce qui me fait kiffer, c’est de parier sur le potentiel d’un expiré, le refonter et tenter de trouver une strat’ gagnante…mais là dessus c’est un peu la loterie.

Voici 10 des outils que j’utilise au quotidien et qui m’ont permis de rendre mon activité moins rel’ ces dernières années.

Sans eux, j’aurais sans doute fini par postuler vainement dans une super startup pour un salaire dérisoire et un poste disruptif à l’intitulé US à rallonge.

1. Redacteur.site

Honnêtement, l’un des game changer pour moi cette année.

Quand c’est sorti, tout le monde a vu flou, l’idée été tellement simple que personne n’y avait réellement consacré ses skillz de développeur (sauf 2-3 qui avaient évidemment eu la même l’idée, mais askip’ trop tard).

Il a fallu que “l’enfant du SEO” A.K.A “The Choosen One”  A.K.A “Hack A47” s’y colle sur 2-3 trajets de train.

Bim bam boom, 3-4 heures plus tard grand max, redacteur.site était né pour le plus grand plaisir des branleurs de mon genre.

L’outil est aussi simple qu’efficace, et promet pour une 30aine d’euros (récente augmentation, je crois) de paresser pendant que de petites mains s’agitent.

Ça me permet par exemple d’écrire cette bouse d’article pendant que 3-4 rédac’ me pondent des posts vraiment utiles pour mon pouvoir d’achat.

Vous voyez ce que je veux dire ? Fini de faire le travail relou !

Tout ce que vous avez à faire c’est de :

  • vous inscrire (sans dec’)
  • entrer vos projets (globalement vos différents sites)
  • écrire des briefs et renseigner des deadlines
  • envoyer à vos réacteurs (qui doivent également s’inscrire) ou trouver des rédac’s directement sur la marketplace
  • attendre et être notifié, puis publier
  • vous pouvez même profiter de l’api pour publier en auto sur vos blogs

Bref, un parfait outil de branleur comme on aime, une tour de contrôle sur la partie les plus chiante de l’édition de site j’ai nommé : écrire des articles que tout le monde s’en branle et que pas même le client ne va relire tant qu’il a son lien avec la bonne ancre et pas situé dans la ligne de flottaison (sous côté de ouf lolilol).

Côté rédacteur ça facilite également le job bien que le dashboard manque encore un poil de clarté, notamment sur les deadlines.

2. Seobserver – le boss final du SEO Tools Game

Sérieux, dois je vraiment présenter le boss du game ?

Sur ce tool les calculs sont parfaitement bons Kevin, on a l’entrée le fromage et le dessert pour une addition qui n’a pas changé depuis des années.

Pas de promos s’indignent certains ? Mec tu veux quoi de plus, qu’il vienne te faire à manger ?

Seobserver, c’est le tool que tu te dis, tiens ce serait bien d’avoir ça, mais en fait la fonctionnalité est déjà dessus, c’est juste que t’es trop con pour l’avoir vu.

Avec un menu à double fond et des features partout, c’est pour moi l’incontournable pour :

  • checker la concu’
  • vérifier que des petits enfants de…bref, n’ont pas retiré vos liens la con de leur mort (à noter que des outils FR dédiés ont vu le jour plus tôt cette année suite à un seul Twit’ du grand Yann)
  • bulk checker des listes d’expirés (metrics, historique, spam attitude, rds, ancres chinoisées, feu ranking, webarchives) en 4-5 clics maximum
  • accessoirement, surveiller qqs kws

Bref, ça fait totalement le café, avec la cr-me en supplément.

Pour moi c’est copié-collé de liste expi, ça part dans le profiler, et je trie en filtrant DoFollow et Index ou non par Google.

Ce genre de manip’ qui te fait passer des ndd de 500Rds à 50. Derrière tu peux chier une estimation au doigt mouillé de ce que tu peux enchérir.

3. EBN – des sites déployés en…3 secondes

J’ai longtemps hésité avant de lancer mon réseau de site en 2015 parce que ça me semblait fort relou de devoir gérer différent hosteurs, d’installer un multi wordpress et jouer avec les ips.

En plus, je suis techniquement pas le G.O.A.T mais plutôt une bonne grosse chèvre et j’ai tout juste mon BEP copier coller, alors ça me rebutait franchement.

Alors en bon branleur, je suis parti voir si les ‘ricains n’avaient pas la solution, parce que c’est toujours le cas.

Bim : EBN, Easy Blog Network ma p’tite gueule.

Ça fait trois ans que je roule avec, et je m’étonne toujours que personne ne connaisse plus que ça.

Ça pèse lourd comme Guy Carlier, les abonnements ne sont pas trop chers (ça te fait un coût de revient à 3-5€ par mois par site) et niveau fonctionnalités, ça bute !

Honnêtement je ne comprends pas qu’en France on ait 47 plateformes d’achat de lien, 26 d’optimisations sémantiques, 17 de comparatifs Amazon et pas une seule de gestion de patrimoine Ndds

Concrètement ça fait quoi EBN :

  • ça te déploie un site en moins de temps qu’il t’en faut pour mettre un slip (la config’ se fait en 5 secondes max, tu entres l’url du site, le nom, la tagline, le thème de base que tu veux parmi une sélection, et ta sélection de plug-ins à préinstaller dont certaines exclues développées par EBN itself)
  • ça te donne une vue “tour de contrôle” de l’état de santé de ses sites (indexé ou non, a récemment reçu des articles, etc)
  • ça place les sites chez différents hosters avec différents ips

Donc toi t’es là, tu viens de recevoir ton texte écris par ton rédac’, tu pars sur ton dashboard EBN, tu recherches le site en question dans ta liste et tu cliques log in. Le bouzin te connecte auto et t’es le roi du pétrole.

La cerise sur le cheese-cake, t’as une boite mail par site et un auteur aléatoire de créée.

Manque une solution pour lutter nativement contre le spam massif et faut revoir la boîte mail qu’est clairement pas ouf. J’aimerais aussi avoir une info sur le uptime des sites, qui doit être clairement dégueulasse (à ce prix la peuchère on peut pas tout avoir).

Mais, parce qu’il y a un mais, c’est fucking ‘ricains (en fait j’avoue je sais même pas si c’est US à la base) considèrent qu’un site de PBN c’est pas voué à faire du traf.

Donc t’as pas d’option de qualité sur tes hébergeurs, ce qui fait que tu te retrouves parfois avec des couilles et des sites qui explosent au vol quand ils deviennent “victimes de leur succès”.

Quand le site est inaccessible, malheureusement pas de warning, par contre quand c’est signalé, on n’est pas sur du OVH, la réponse au ticket vient dans la demi-heure, ils sont très chauds.

Il y a du pour et du contre, si vous voulez une revue plus complète de la solution, hésitez pas à demander je me ferais un plaisir de chier un truck avec un bon code d’affiliation bien sale.

4. Squoosh.app : l’optimisation d’images rapide et efficace

Gratuit, rapide et simplement trop fort.

Pour ceux qui retouchent des dizaines/centaines d’images comme moi au quotidien, c’est un gain de temps considérable VS Photoshop.

D’ailleurs au sujet des images, ma vie à changé depuis que je me suis pris une License à Shutter-cock, suite à un mail d’avocat pour droit d’images tatatitatata on connait la mélodie, la photographie rapporte plus assez.

Dans les autres services images bien cools : 

  • remove.bg pour détourer en qqs secondes sans avoir de CAP Paint en poche
  • imglarger.com pour agrandir des memes de chats sans perdre la qualidad
  • thispersondoesnotexist.com : service brillant sur lequel je peux passe une heure à générer des photos de parfaits inconnus pour mes personnas ou simplement par plaisir de trouver des sosies qui n’existent pas à mes amis.

5. Coffitivity

Bon ça c’est juste pour me sentir moins seul, c’est un petit site qui diffuse des bandes sons, genre ambiance café ou bibliothèque.

Ça fait des voix, de l’animation, pour oublier que tu bosses seul comme un con pour moins de 10k nets mensuel, signe que tu as raté ta vie et devrais sans doute t’offrir une formation au goût de fricadelle…m’voyez ?

6. Question Db

La vie d’éditeur, c’est aussi devoir trouver des sujets sympas pour les articles.

Enfin, chacun fait comme il veut, mais je pense qu’il faut mettre stop aux trucks bateau style “5 bonnes raisons de se curer le nez au feu rouge”.

Pour trouver ces idées, plusieurs tools existent, du fameux answer the public au people also ask de google en passant par les suggestions de 1.fr ou les questions de ranxplorer.

Moi celui que je préfère en ce moment c’est question.db, qui va taper dans la base reddit (ok c’est us, mais on se pose tous les mêmes questions) pour te filer des idées croustillantes.

À quand la version française qui va chercher dans le forum jeux-videos.com, où l’on trouve de succulentes questions dignes de vrais sujets réactionnels comme : “comment péter en continu” ou “mon bébé peut il tomber enceinte” ?

7. SEO Ninja

D’aucuns diront que c’était le vrai vainqueur du concours Wix !

Je n’en sais rien, mais je dis juste que je fais partie de ces gens qui peuvent passer 1 heure au quotidien à checker des requêtes live à la mano sur ce service, juste pour le plaisir de jouer au Ninja et d’avoir l’impression de tafer quand même.

Stéphane, son créateur, a promis une nouvelle version avec une liste de features d’envergure façon Rudy Gobert, on attend avec impatience, mais on a tous une crainte, le retrait du Ninja !

Je compte beaucoup sur la mise en place d’un tableau avec les pseudos des différents SEO.

8. Le sous côté Ereferer

On en parle trop peu, mais j’adore cette plateforme qui fait complètement le taf quand il s’agit de remplir gratis ses nouveaux expirés en attendant de les monétiser, et ce grâce à la fonction d’échange d’articles.

Tu poses ton site, tu mets un nombre de crédits associé, tu te fais écrire du contenu de la longueur souhaité par un vrai réacteur, tu publies, tu gagnes des crédits que tu peux dépenser pour t’acheter des liens ou des soumissions d’annuaires.

Le concept est très bon, la nouvelle version rend les choses plus agréable et a même récemment fuité quelques infos…oupsie..

Depuis quelques mois, on a pu voir l’arrivée d’un nouveau concurrent qui souffle quelques braises ardentes sur le marché de l’échange de liens : dealerdetemps.com.

Vincent son créateur, A.K.A “youyou”, A.K.A “BracoFeu” a de quoi faire claquer des fesses quelques brokers de liens.

Sa promesse, vous faire gagner du temps et accessoirement, de l’argent. Comment, on a pas besoin de claquer du pogn’ pour faire du lien ?

De beaux sites dans le catalogue, et un système vraiment basé sur l’échange, si bien que le lien pour acheter du crédit est planqué dans le footer ! Mince, la vocation n’est pas de faire de la moulaga ?

9. L’étonnant White.page

La SEOsphère n’avait effectivement pas fini de bégayer après les liens au prix du paquet de Malback, parce que Zakstan est revenu fort en cette fin d’année 2019, le tout en live de son laptop perché sur tapis de course .

Le père Zakstan est peut être l’incarnation de la maxime “work in silence let the success kiss my ass“.

Généralement sur trois mois, un SEO lambda comme moi a le temps :

  • d’écrire un post de 500 mots sans trop de fautes d’ortho
  • de planifier 1 à 2 échanges de liens s’il est vraiment bien chaud
  • et peut être même de remonter un expiré qui s’avérera finalement victime d’une péna manuelle, too bad

Et l’autre fou furieux il fait quoi pendant ce même laps de temps ? Il se met à bercer tout le rédac game et fout Text Master en PLS intégrale, défibrillateur et compagnie.

Pendant que Zakstan joue avec les mots, ça sue du cul Sudoku chez la concu ! Et vas-y que je t’ouvre des bureaux à tour de bras de Schwarzy aux 4 coins du globe pour y mettre des rédacs formés et pas dénués de phrasés…

Le résultat : un excellent rapport qualité prix pour des Seos avides de contenus. Une pensée toutefois pour ces pauvres rédacteurs qui doivent se manger du guides comparatifs et passer leur vie à retranscrire les avis Amazon de Jean Michel Random.

10. SemJuice

Pour moi la meilleure plateforme de vente de liens (en tant qu’éditeur).

Bon ça n’a pas fondamentalement changé ma vie, mais disons que Nico, A.K.A les plus grosses pastèques du SEO, rend les choses relativement simples.

On aime ou pas le système de côte fruitée (perso je trouve que l’algo délire parfois, m’enfin), mais alors derrière c’est régalade.

Les articles confiés à la rédaction de l’équipe sont vitaminés et sérieux, en plus de ne pas être trop taxés comme chez d’autres.

Si l’on prend la rédaction, celle-ci est payée proportionnellement à la qualité du site, ce qui est pour moi une base (que l’on ne retrouve pourtant pas partout).

Enfin l’équipe prend la peine de lire, de relire, d’agrémenter le contenu de ressources utiles et surtout : le paiement se fait rapidement ! Y’a pas de validation 30 jours ou quoi ou qu’est-ce.

C’est carré comme le créateur, c’est quali, je dis oui.

Voilà pour ma petite liste, c’est quoi vos tools à vous (genre vous me lisez tsé) les loulous !?

Mention spéciale : Deepl, qui permet chaque jour un peu plus le viol de propriété intellectuelle, et Kill Duplicate, qui au contraire, autorise à lutter contre !

Close Menu